Les alternatives à la récompense

peps07-couv

Article de Catherine Dumonteil Kremer
publié dans le numéro 7 de PEPS

Ma réflexion est toujours en mouvement au sujet de la récompense. À une époque, j’avais trouvé l’alternative proposée par Faber et Mazlich intéressante : formuler des « compliments descriptifs ».

Il s’agit de décrire l’action de l’enfant : cela lui montre un intérêt évident pour ce qu’il a accompli et nous évite de tomber dans la « récompense verbale », qui dans le fond peut être très répétitive et perdre de son sens. Donc, d’après Faber et Mazlich, si mon enfant a rangé sa chambre, je vais lui dire quelque chose du genre : « Tu as déposé toutes tes chaussettes dans un bac, mis ton linge sale dans la machine, trié les Legos et les Playmobils ! » Tout est dans le point d’exclamation ! Vous le sentez en le lisant, le retirer ferait probablement perdre du… PEPS à la formule.

De même, s’il a fait un dessin, je dirai par exemple : « Il y a du rouge ici et du bleu là, les courbes occupent tout l’espace de ta feuille, tu as pris la peine de mélanger les couleurs pour obtenir ce vert, etc. » C’est une alternative possible et pratique, mais de là à l’utiliser à chaque fois que mon enfant répond à une attente, produit une œuvre artistique ou se lance dans une activité spéciale… Je suis convaincue qu’il y a non seulement d’autres façons de faire, mais de nouvelles idées à trouver.

Dire merci
Celle que je préfère est de lui manifester ma gratitude. Au parc, ce bambin qui s’applique à remettre un à un ses jouets dans un sac (en en oubliant quelques-uns), s’il est gratifié d’un : « C’est très bien ! », sera content, sa maman aussi, tout ira bien. Oui, mais c’est une sorte de récompense verbale, et dans le fond cela ne donne aucune valeur à son action. Il en est tout autrement avec un remerciement : il se sentira de plus en plus utile et plein d’estime de lui.

Les soirs de fatigue intense, quand une de mes filles avait préparé un repas, ou fait un peu de rangement ou d’entretien de la maison, j’étais vraiment reconnaissante et je le manifestais : « Merci, je suis tellement fatiguée ce soir, ça me fait un bien fou de rentrer et de pouvoir me poser ! »

Pourtant, dire merci ne marche pas dans toutes les situations.

Comment accueillir un travail scolaire complètement assimilé, sans aucune erreur ou très peu, un résultat lors d’une compétition quelconque ? Voilà une piste : « Tu es contente de toi ? », suivi par « Comment ça s’est passé ? » Je demande des détails sur la mise en œuvre, et surtout, quand je suis très enthousiaste, je le montre !

L’art est une forme d’expression de soi
Peut-on évaluer une œuvre ? Ça ressemble à un sujet du bac philo, je vous laisse y réfléchir, nous en reparlerons sans doute une autre fois. Il y a de nombreuses façons d’exprimer sa créativité : cuisiner, dessiner, écrire, se vêtir, modeler, sculpter, photographier, filmer, danser, chanter, faire de la musique, etc.

Nos enfants sont des artistes dont la production peut être très riche. Chaque fois, c’est un message qui s’exprime d’une manière ou d’une autre, et cela résonne plus ou moins en nous. J’ai été très touchée par le premier dessin, ou le premier modelage, et malgré le temps et le nombre de réalisations, l’émotion est souvent au rendez-vous. Les questions m’aident à manifester mon intérêt. « Qu’est-ce que c’est ? Tu as voulu faire une maison ronde ? » Et puis aussi : « J’aime beaucoup cette façon que tu as de représenter les oiseaux ! » ou « Ça me rappelle nos vacances à La Rochelle, tu te souviens du jardin ? ».

J’essaie aussi, quand cela se présente, d’expliquer pourquoi cette œuvre me réjouit : « J’ai toujours aimé cet air depuis que je suis enfant. » ou bien « Les couleurs c’était très important chez nous, je suis née à l’époque où le téléphone était gris et je l’avais peint en rose avec des nuages blancs. »

En chacun de nous, il y a un océan de souvenirs, d’expériences, de références, d’associations, et c’est pour cela que nous manifestons certaines attractions fortes ou des répulsions intenses.

La variété est importante
Une même œuvre peut susciter des commentaires très différents, et cela ne dépend pas de la qualité du travail de l’artiste mais plutôt du vécu de celui qui regarde.

Parfois, je remarque que mes enfants m’invitent juste à venir voir quelque chose et n’attendent aucun commentaire. L’exemple le plus frappant est celui des montages vidéo. Je suis systématiquement invitée à l’avant-première de la diffusion de courts-métrages sur les compétitions de ma dernière fille. Elle ne s’attend pas à des commentaires. Je suis simplement là, avec un sentiment d’excitation palpable. Parfois je me lasse, et je pense : « Encore un film sur l’équitation ! » Elle le ressent, mais j’y vais quand même, et je finis toujours par me dire que décidément j’aime voir la relation entre ma fille et son cheval. C’est révélateur et enrichissant.

Avant tout, je pense que nos enfants ont besoin de variété dans l’expression de nos commentaires, et ils sont heureux de nous voir joyeux. Mais attention, ils ont un détecteur d’enthousiasme en très bon état de marche, et ils ressentent ce que nous éprouvons. Même si nous ne sautons pas de joie, nous pouvons au minimum être intéressés. Et dans ce cas, la description, les questions, nous aident à soutenir notre enfant dans sa démarche artistique ou sportive.

Une place de dernière
Au bout du compte, nous apprenons à reconnaître le ressenti de notre enfant quelle que soit la situation. En ce qui le concerne, se sentant encouragé et soutenu, il prend de plus en plus confiance dans ses capacités, et son audace se développe.

Je me rappelle une compétition équestre, il y a quelques années, où ma benjamine était arrivée dernière. Elle en était ravie, son jeune cheval était allé courageusement au bout de toutes les épreuves. Nous avons passé tout le trajet de retour à nous raconter à quel point c’était vraiment un cheval incroyable avec un immense potentiel, et combien elle était contente de le respecter dans ses limites. Si on nous avait écoutées sans connaître le contexte, on aurait pu croire qu’elle venait d’obtenir une médaille d’or aux jeux olympiques.

Dans la vie, le processus, souvent oublié, est aussi important, voire plus, que le résultat ! Je vous renvoie à l’excellent article de Brigitte Guimbal sur ce thème dans notre numéro un [1].

Et je vous invite à nous envoyer des témoignages sur vos propres idées et expériences d’alternatives à la récompense, nous les publierons sur notre site !

[1] Le processus ou le résultat, PEPS n° 1 p. 34

31.01  (4)