ressources-articles

La fermeté est-elle une alternative à la violence ?

J’ai quatre enfants et j’ai testé pour vous la fermeté. Par habitude, réflexe ou croyance, parce qu’une très vieille dame que j’aimais beaucoup enfant m’avais dit «Il faut être sévère mais juste», pour ne pas me laisser marcher sur les pieds, et même par paresse (parce que l’obéissance demande beaucoup moins d’énergie qu’une éventuelle négociation). Je l’utilise encore trop souvent alors que je le sais : chez moi, ça ne marche pas.

Si, bien sûr, j’obtiens que mon plus jeune fils se couche, que le deuxième se brosse les dents, que l’aîné éteigne la lumière… Mais la peur s’installe, et même si c’est un tout petit peu, c’est déjà trop.

Fermeté, un mot à la mode
Les publications autour de la parentalité « bienveillante » ou « respectueuse » fleurissent ces derniers mois. Par intérêt personnel et dans le cadre de mon implication dans PEPS, je suis amenée régulièrement à en lire un certain nombre, en commençant souvent par la philosophie des auteurs présentée sur les sites.
Je suis surprise de voir combien la peur règne en maître dans bon nombre d’entre elles. Et une peur en particulier écrase toutes les autres : la peur du laxisme, ce fameux laxisme que, telle la paille, on ne voit jamais que chez le voisin. Une solution est souvent préconisée pour lutter contre ce fléau qui dévasterait nos villes et nos campagnes : la fermeté.
Voilà, tout est dit, il faut être respectueux mais ferme, aimant mais ferme pour que nos enfants soient bien cadrés, connaissent les limites et ne s’aventurent pas à les dépasser, sinon… Sinon quoi d’ailleurs ? Punitions pour les uns, sanctions pour les autres, tout dépassement de limite doit être réprimé.
Quid du vécu de chacun, des comportements inadaptés pour cause d’incompréhension de la règle ou d’immense chagrin qui empêche l’enfant de bien fonctionner ? Rien…
Continuer la lecture

La punition est-elle une alternative à la fessée?

Sur la liste Parents Conscients, quelqu’un demandait une définition de la punition. Comme je vois son retour en force, j’ai envie d’ouvrir un fil sur ce thème.

Pour moi la punition consiste à priver l’enfant de quelque chose qu’il aime, ou qu’il attend et espère avec impatience, parce qu’il n’a pas fait ce que nous souhaitions qu’il fasse, ou parce qu’il a commis des erreurs. Ainsi nous espérons le conduire à l’obéissance, c’est à dire à la soumission. Continuer la lecture

Poser des limites, c’est à dire?

Il ne s’agit pas de vivre sans limites, et sans règles de vie, mais simplement de ne pas punir, de ne pas frapper, de ne pas manipuler, mais dire non, je ne suis pas d’accord, contenir physiquement un tout petit qui se précipite pour traverser la route (avec force mais sans violence) et mille autres choses, oui bien sûr…

Remettre en question nos règles aussi, c’est très intéressant.. . Pourquoi est-ce que je ne parviens pas à tolérer cela ? Continuer la lecture

Différences entre punition et conséquences

visuel-punitionPersonnellement, je trouve que la punition est une insulte à la dignité de l’enfant alors que la conséquence nourrit son expérience, et son intelligence, son sens pratique.

C’est vraiment important de ne pas mélanger punition et conséquence, dans ce que tu dis je vois l’un et l’autre.

Si vous ne travaillez pas assez vous prendrez du retard et les enfants ne pourront pas faire de judo, ça pourrait être une conséquence, mais quand tu dis si tu ne manges pas tu ne vas pas au judo, pour moi le fait de ne pas manger n’a pas pour conséquence : ne pas aller au judo. Continuer la lecture

Les pleurs des bébés

Je voudrais répondre à cette simple question : les bébés doivent-ils pleurer ?

Ca te met mal à l’aise, ça te chagrine que ton bébé pleure, heureusement que l’on a du mal à se désensibiliser de ce côté-là ! Tout le monde autour de nous le voudrait bien d’ailleurs, qu’on arrête de réagir aux manifestations de désespoir de nos bébés, mais ça nous tord de l’intérieur, et tant mieux, ça nous pousse au moins à agir pour le mieux être de notre enfant.

enfant couché avec son chatLes pleurs sont un signe, signe qu’il y a eu une souffrance juste avant, et ils se manifestent pour rééquilibrer la situation, ce sont des mécanismes de régulation physiologique. Au mieux quand un bébé pleure ses parents cherchent la source de sa souffrance, essaient de le réconforter, à cet âge là il y a vraiment de nombreuses raisons de souffrir en particulier quand on ne vit pas contre sa mère. Continuer la lecture