Le resto bain-douche

peps08-couv

Article de Florence Martin
publié dans le numéro 8 de PEPS

Vendredi soir, petit dernier du couple infernal travail/école… seule à la barre, la semaine a été dure… c’est l’heure du ouin-ouin international, l’heure des lions, l’heure à laquelle je n’arrive plus à me dire : « Chic, elles déchargent »… Je sens les décibels maternels arriver… vite une idée !

« Les filles ? On ouvre le restaurant bain-douche ce soir ? » (cris de joie, ultrasons et cavalcade). Elles se déshabillent en dix secondes et je suis le chemin des affaires sales jusqu’à la baignoire. Pendant que l’eau coule, on dresse la table au milieu de la baignoire à l’aide du tabouret en plastoc de la salle de bain. Les filles contrôlent le flottement de la table en ajustant le niveau d’eau ou en la lestant avec des bouteilles de Château La Pompe (à température). 

Hébétée devant le frigo, je consulte le menu du jour… Je suis au maximum de mes capacités culinaires : « Mesdames, menu gastronomique ce soir. En entrée, le chef vous propose carotte épluchée spéciale lapin sans dent ou fenouil en lanières (eh oui, à six ans on n’a plus les dents de devant, alors on s’adapte !) ; en plat de résistance, nouilles à la tomate ou au beurre ». Chacune passe commande poliment et je descends répéter bruyamment la commande à la cuisine, préparer tout cela (enfin… préparer… hum), et remonter chaque plat dans un service impeccable…

Le restaurant bain-douche c’est une garantie enfants nourris/lavés, garantie sans miettes sous la table, sans essuyage de museau sur la manche (ou pire), garantie enfant autonome (je mange seul, avec les doigts mais bon…), zéro vaisselle ou presque… Après un petit rinçage d’enfants et de restaurant, il y a le temps de jouer calmement avant d’aller au lit… Bref, soirée de rêve… 20 h 30… dans une demi-heure je dors…

bain-douche